UIC - Contacts presse

Département Communication UIC 
01 46 53 11 09 - aduranton@uic.fr

TADDEO
Laurence Tovi - 06 34 78 36 32 - laurence.tovi@taddeo.fr
Victoire Mathot -06.27.65.56.66  - victoire.mathot@taddeo.fr

Communiqué de presse

Quatre leviers majeurs pour accélérer la croissance de l’industrie chimique en France

08/11/2016 - Organisation professionnelle

L’Union des Industries Chimiques (UIC) présente quatre leviers essentiels pour accélérer la croissance du secteur de la chimie en France.

Malgré l’impact des mouvements sociaux au printemps et le ralentissement de la croissance mondiale, l’industrie chimique, qui occupe la 2ème place en Europe, conforte sa croissance cette année. A fin août, sa production a enregistré une croissance de 1,2 % en volume par rapport à la même période en 2015.

« L’industrie de la chimie innove pour apporter des solutions aux défis du développement durable. Même si la chimie continue ainsi à croître en 2016 malgré une conjoncture peu porteuse, son potentiel de croissance pourrait s'exprimer pleinement en créant en France un cadre propice à l'investissement productif » déclare Pascal Juéry, Président de l’UIC.

Emplois, développement durable, innovations… l’industrie chimique est prête à relever les défis de notre société. Selon une étude du cabinet ADVANCY sur les perspectives d’évolution du secteur à l’horizon 2030, la croissance de la valeur ajoutée du secteur pourrait atteindre 2,5 % par an et créer 60 000 emplois durables et hautement qualifiés.

Pour y parvenir, plusieurs leviers ont été identifiés :

  • Défendre et maintenir un socle de chimie de base essentiel à l’aval du secteur, en garantissant en particulier un accès durable et compétitif aux sources d’énergie ;
  • Simplifier véritablement la réglementation, en refusant toute surrèglementation franco-française ;
  • Promouvoir l’attractivité des plateformes chimiques, principaux vecteurs de croissance de l’industrie chimique dans les années à venir ;
  • Favoriser le développement de filières innovantes, notamment les polymères haute performance, les matériaux composites, la chimie du végétal…

Dans le cadre des élections présidentielles et législatives, l’UIC souhaite être un acteur engagé au service de la croissance et de l’innovation françaises. La fédération portera ces messages auprès des candidats dans les prochains mois.

 

ANNEXE - POINT DE CONJONCTURE

En 2016, malgré un contexte peu propice, la chimie maintient le cap

La production de la chimie de base a en effet été très marquée par les grèves dans les raffineries (-11 % en volume au deuxième trimestre en variation trimestrielle). De plus, les mouvements sociaux dans les transports de marchandises ont aussi touché d’une manière plus diffuse les différents secteurs chimiques. La fin des conflits s’est toutefois traduite par une reprise progressive des activités dans la filière avec parfois des rebonds ponctuels.

Les spécialités chimiques ont retrouvé une activité plus soutenue qu’en 2015, notamment pour les peintures, vernis, colles, huiles essentielles… produits à destination de marchés plus résilients au sein de l’industrie - l‘automobile, l’aéronautique, l’emballage et la parfumerie et les cosmétiques -, ou encore utilisés dans le secteur de la construction en phase d’amélioration.

Les activités des secteurs des engrais et des produits phytopharmaceutiques ont été pénalisées par des conditions climatiques désastreuses en juin et un marché agricole domestique moins porteur.

Enfin, au sein du secteur savons-parfums, seule la production de parfums et produits cosmétiques connaît une croissance, les volumes de la détergence continuant de se contracter.

La balance commerciale de l’industrie chimique reste toujours très excédentaire à plus de 5 Md€, même si elle connaît une légère diminution (perte de 0,6 Md€ sur les huit mois cumulés en 2016). Cette baisse s’explique par des ventes moins soutenues (-3,8 % toutes zones confondues) en particulier pour la chimie organique, face à des importations en moindre contraction (-2,6 % toutes zones confondues).

Les prix des produits chimiques continuent de reculer, entraînés par le repli des prix de la chimie organique (-15 % sur huit mois 2016) qui répercute les baisses passées du pétrole.

 

Facebook