Actualités

Une relance du fret est indispensable

29/07/2016 - Infrastructures & transports

Les industriels de la chimie se félicitent de la rénovation de la ligne de fret Bassens-Bec d’Ambès, indispensable à leur activité, et appellent à relancer le fret ferroviaire en France.

L’UIC Aquitaine s’est fortement mobilisée pour le maintien et la rénovation de cette ligne de fret, qui permet notamment aux entreprises YARA France et AKZO NOBEL, implantées à Ambès, d’expédier, en toute sécurité, une grande partie de leurs productions. L’inauguration de la ligne, le 29 juillet 2016, sera l’occasion pour les industriels de la chimie de réaffirmer, auprès du Secrétaire d’Etat, chargé des Transports, Alain Vidalies l’importance du fret ferroviaire pour le développement de leurs activités.

Cette rénovation de la ligne de Fret d’Ambès est emblématique et nous avons oeuvré pour garder cette ligne car le fret ferroviaire est indispensable à notre industrie. Il reste en effet le moyen le plus sûr de transporter les produits chimiques, tout en restant beaucoup plus écologique que la route. De nombreuses usines chimiques ne fonctionnent que grâce au raccordement ferroviaire. Le secteur de la chimie, un des tous premiers secteurs industriels en France, a donc besoin d’un fret ferroviaire fiable, compétitif et durable.

Le fret ferroviaire a chuté de plus de 30% en 10 ans
Cette initiative régionale doit servir d’exemple pour relancer le fret ferroviaire en France. Nous assistons, en effet, depuis plusieurs années, au déclin de ce moyen de transport. En France, il a chuté de 31 % en 10 ans (2003 – 2013) alors que dans le même temps, il a augmenté de 43 % en Allemagne. (15 % au Royaume Uni). Le fret ferroviaire représente aujourd’hui seulement 9 % des flux (15% en 2007, en ce qui concerne le wagon isolé 160 000 contre 700 000 en 2007).

Des conditions économiques et techniques plus favorables
30 % des entreprises ayant abandonné leur ligne ferroviaire envisageraient leur réouverture si les conditions économiques et techniques étaient plus favorables. Ces conditions portent particulièrement sur la rénovation du réseau vieillissant -cette ligne en est l’illustration - mais également le maintien du fret en wagon isolé à des conditions compétitives vis-à-vis du transport routier. Une des options pourrait être la mutualisation des flux via un opérateur ferroviaire de proximité ou sur un périmètre géographique plus large.

Facebook