Actualités

Philippe Gœbel : "Gaz de schiste : nous voulons nous battre à armes égales avec les Américains"

25/04/2014 - Communication

Philippe Gœbel était l’invité des Echos ce mercredi 23 Avril 2014, l'occasion de s'exprimer sur des thématiques au cœur des préoccupations de l'industrie chimique telles que la transition énergétique, le pacte de responsabilité et l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels.

 

Voici un résumé de son intervention :

  • La transition énergétique : « L'énergie est un facteur de compétitivité essentiel pour l'industrie chimique. Nous sommes pour une transition énergétique qui soit facteur de croissance et d'emploi. Cela ne doit pas constituer une hausse des prix pour nos entreprises, qui sont déjà fortement pénalisées par rapport à la concurrence internationale. Aux Etats-Unis, le prix du gaz est trois fois moins élevé qu'en France. Nos entreprises électro-intensives paient également l'électricité 20 % plus cher que les entreprises allemandes. »
     
  • Le Pacte : « Les premières mesures vont dans la bonne direction. Mais il y a encore des marges de manœuvre, par exemple la fiscalité de production pour les entreprises de la chimie en France représente 9 % de notre valeur ajoutée. En Allemagne, c'est 5 %. L'enjeu, si la fiscalité était alignée, c'est 600 millions d'euros de compétitivité supplémentaire pour nos entreprises. La simplification est tout aussi essentielle, car aujourd'hui nous avons 2000 textes qui réglementent notre activité. »
     
  • L'exploration des sous-sols : « Aux Etats-Unis, les hydrocarbures non conventionnels ont permis une régénérescence de l'industrie américaine. L'exploitation de ces hydrocarbures va permettre d'investir sur cinq ans 70 milliards de dollars et d'augmenter les capacités de productions des entreprises de 30 %. Nous souhaitons pouvoir nous battre à armes égales avec les Américains. Ce n'est peut-être pas la panacée, mais allons regarder ! N'ignorons pas les ressources dont nous disposons, plutôt que de continuer d'acheter notre gaz à la Russie ou à l'Algérie. » 

Consulter l'article des Echos TV

Facebook